Comment être heureux ?

Je suis arrivé à la question très “glissante” de savoir comment devenir heureux. Elle est délicate car il existe trop de solutions contradictoires, ce qui rend impossible de trouver la “bonne” solution. En outre, la définition du bonheur est mal définie ; peu de gens savent ce qu’ils recherchent ou ce qu’ils entendent par “bonheur”. Découvrons comment être heureux et comment appréhender le bonheur.

personne heureuse

En quoi consiste exactement le fait d'”être heureux” ?

Etre heureux a été une phrase d’accroche fatiguée, semblable à un message publicitaire usé dont l’essence a disparu depuis longtemps à cause de la surutilisation. De nombreuses personnes sont perplexes lorsqu’on leur demande “Êtes-vous heureux ?” et ne savent pas quoi répondre.

Pourtant, le bonheur est accessible ; il suffit de savoir où la chercher, et souvent, d’après mon expérience, les gens la cherchent là où elle n’existe pas. Alors, qu’est-ce que le bonheur ? Avant de répondre à cette question, laissez-moi d’abord définir le bonheur.

Pour être heureux : Préparez-vous à accepter la responsabilité totale de vous-même

N’accusez pas le monde extérieur ou d’autres personnes. Vous êtes responsable de la façon dont vous êtes devenu ce que vous êtes. Ce n’est pas nécessairement parce que vous avez été comme vous êtes ; c’est parce que vous n’avez pas voulu vous améliorer. Vous buvez et vous êtes incapable d’arrêter, non pas parce que vous avez des problèmes, mais parce que vous n’avez pas la volonté de le faire. Vous vous négligez en ne vous entraînant pas parce que vous n’avez pas pris la peine de planifier les choses et de les faire fonctionner, et non parce que vous n’avez pas le temps. Votre existence est telle qu’elle est parce que vous l’avez conçue ainsi !

C’est une dure réalité, et je réalise que beaucoup de gens ne sont pas prêts à l’entendre. Ils viennent voir un médecin en s’attendant à ce qu’il fouille dans leur esprit et trouve mille explications à leurs malheurs spécifiques dans l’éducation du patient, ses proches, son psychotype, mais pas en eux-mêmes. Il est courageux de prendre ses responsabilités, mais cela ne doit jamais se transformer en une série d’auto-accusations : “Wow, je suis tellement affreux, c’est de ma faute, je suis nul, je suis inutile”, etc.

Non, il doit être un catalyseur de métamorphose, de développement personnel, et une intention : “Oui, je suis untel, j’ai tel ou tel problème, et j’en suis désolé ; par conséquent, c’est pourquoi je vais le résoudre, et je vais prendre les mesures nécessaires pour le faire”.

Vous n’aimez pas votre travail ? Modifiez-le. Vous n’avez pas les qualifications requises ? Obtenez-les, faites bon usage de votre temps libre et apprenez de nouvelles choses ! Vous n’avez pas le temps ? Organisez les choses de manière à en avoir beaucoup : regardez moins la télévision ou surfez sur le Web. Il existe toujours des solutions ; soit vous ne les voyez pas, soit vous ne voulez pas les voir à cause de l’anxiété et de l’incertitude.

Pour être heureux : Ne vous lamentez pas sur votre sort dans la vie

Lorsque quelque chose vous dérange, les psychologues vous disent de parler franchement. Je crois que beaucoup de gens interprètent cette suggestion trop sérieusement et se précipitent pour partager leurs problèmes avec les autres. Ils n’ont pas vraiment envie de se calmer et de creuser le problème par eux-mêmes avant de se confesser. Se plaindre moins des inconnus, des situations et de la vie en général. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de “monter”, et si je me plains continuellement de mes problèmes, cela implique que je ne suis pas capable de les traiter ou de les gérer. Mais je préfère ne pas en parler.

Réfléchissez-y avant de vous précipiter vers votre compagnon, qui n’a pas besoin de vos problèmes – il en a déjà beaucoup – pour vous les confier. Est-ce vraiment si grave ? Quelle est la source du problème ? Allez-vous la résoudre ? Si oui, alors résolvez-le ; si non, alors pourquoi vous morfondre, puisque vous n’avez aucun contrôle sur lui, alors pourquoi vous inquiéter ? Après examen, la plupart des problèmes perdent leur “nature problématique”, leurs composantes mentales et désagréables, et deviennent de simples scénarios irritants ! Vous saurez que c’est vous qui créez des problèmes à partir de rien. Cela deviendra clair après un examen froid, sobre et détaché.

Et pour ce faire, vous pourriez passer un peu de temps seul avec vous-même. De nombreuses personnes ont l’habitude de bombarder leur cerveau d’informations : films, actualités, lecture, sport et travail, et elles n’ont donc naturellement pas le temps de s’inquiéter de leurs problèmes. Alors que la réponse peut être si claire et si directe qu’ils sont stupéfaits, et il suffit d’un court instant pour la comprendre.

personne heureuse

Pour être heureux : Acceptez votre destin

L’homme est, sans aucun doute, maître de son destin, mais certains aspects lui échappent. Puisque vous n’avez aucun contrôle sur quelque chose, vous ne pouvez pas vous sentir déprimé parce que la vie vous a tout pris : certaines personnes ont plus de chance que d’autres.

Ne vous préoccupez pas de ce que la destinée ne vous a pas offert ; concentrez-vous plutôt sur ce qu’elle vous a donné. Il peut y avoir des caractéristiques auxquelles vous êtes habitué parce qu’elles ont été un acquis pour vous, comme des parents aimants qui sont souvent prêts à vous aider, des compagnons fiables et un bien-être naturel. Il n’y a aucune raison d’en vouloir à la vie et à ses malheurs. Cela a un côté enfantin et adolescent, comme un garçon qui en voudrait à un objet inanimé qu’il a heurté sur une partie de son corps.

Pour être heureux : Il n’y a pas de regrets

Ne vous sentez pas embarrassé par vos décisions passées, et ne vous laissez pas entraîner par l’idée que vous avez laissé passer une opportunité ou fait quelque chose de mal dans le passé. L’histoire ne peut pas être changée, mais elle peut nous apprendre beaucoup de choses. Veillez à ne pas commettre les mêmes erreurs à l’avenir, et prenez les précautions nécessaires pour les éviter. Une certaine honnêteté est compensée par l’agonie des péchés précédents, mais essayez de tirer autant de leçons précieuses du passé que possible ; ne cachez pas votre existence sous des tas de regrets et de lamentations inutiles concernant le passé ; au contraire, poursuivez votre vie.

Pour être heureux : Explorer vos raisons de vivre

Vous devez d’abord découvrir le but de votre vie avant de pouvoir l’accomplir. Cela peut être compliqué et ne doit pas se faire d’un seul coup. Elle nécessite une certaine prise de conscience, une certaine sobriété et une libération des illusions et des points de vue étrangers pour éviter de suivre une intention erronée ou d’exister sans aucun but dans la vie. Trouvez un sens à la vie qui soit plus grand que le quotidien de l’homme de la rue, qui se résume à un travail monotone avant la retraite et aux courses du week-end dans les supermarchés ; demandez-vous ce que vous voulez d’autre dans la vie qu’une profession et des vacances dans des endroits chauds.

Ne renoncez pas à vos aspirations simplement parce que vous voulez vous comporter comme n’importe qui d’autre, si vous pouvez penser à autre chose qu’à vivre dans un bureau ou à faire le ménage. Créez votre propre situation de vie, élaborez une stratégie, réfléchissez à ce que vous attendez de la vie, et commencez finalement à exécuter ce plan. Se rapprocher de la cible est une grande source de plaisir. Si vous avez un objectif, il vous sera beaucoup plus facile de supporter votre emploi et votre emploi du temps domestique épouvantables, car vous réaliserez que chaque nouveau jour vous rapprochera de cet objectif.

Mais, comme je l’ai dit précédemment, ce n’est pas aussi facile qu’il y paraît. De nombreuses personnes ne voient pas d’objectif et ne réalisent pas ce qu’elles désirent, ou bien elles observent un objectif erroné qui ne leur permettra peut-être pas d’obtenir ce qu’elles veulent. Comment en savoir plus sur vous-même ? Comment pouvez-vous avoir une compréhension plus profonde de vos désirs ? Comment pouvez-vous déterminer ce que vous désirez vraiment ? Quelles mesures devez-vous prendre pour découvrir votre véritable vocation ? C’est là que la préparation peut s’avérer utile. Une grande partie de celle-ci se trouve ci-dessous.

Pour être heureux : Développez la capacité de “vous sentir heureux”.

Il est facile de suggérer “trouvez votre raison” ou “ayez une bonne attitude”, mais ce n’est pas si facile à faire. En effet, un individu ne peut pas soudainement changer sa vision du monde et continuer à voir les choses sous un jour plus positif simplement parce qu’on le lui a conseillé. Cela ne se produit pas comme un “déclic dans la tête” : “Oui, je suis fasciné par les mauvais aspects de l’existence, il est temps de changer votre perspective sur les choses.” “Et à partir de là, il est content.

Qui, malheureusement, ne se produit pas. C’est pourquoi beaucoup de suggestions sur la façon d’être plus heureux se sont révélées inutiles. Il est impossible de réussir sans une quelconque activité quotidienne. Vous devez vous instruire au quotidien et regarder la vie sous un meilleur jour ; cela demande de la discipline et est bien plus difficile que d’acquérir une vision du monde qui ne fait que vous exposer au côté négatif de l’être.

Ce qui précède est souvent la condition naturelle, quelque chose qui est inhérent à vous et qui le restera jusqu’à ce que vous fassiez une tentative pour l’éliminer. Une attitude optimiste, un sens de soi et une joie de vivre doivent toujours être créés, et il faut les améliorer. La méditation est un moyen sûr de commencer. C’est une discipline merveilleuse, et la méditation n’est pas en soi un aspect de la théologie, de la sorcellerie ou de l’ésotérisme, mais plutôt une expérience qui vous permet de vous comprendre vraiment.

La méditation améliorera vos perspectives, mais elle ne vous rendra pas plus heureux en soi. Au contraire, elle vous aidera à réaliser ce dont vous avez vraiment besoin pour être heureux ! Elle vous aide à découvrir votre intention, vos désirs et vos fantasmes les plus profonds, vos montagnes d’encombrements, vos émotions et vos doutes. Il peut concentrer et orienter l’esprit dans la bonne direction, en l’empêchant de se précipiter entre des extrêmes opposés.

Elle peut vous aider à vous débarrasser des “cafards” et des soucis inutiles, à acquérir une perspective forte et sobre sur ce qui se passe à l’extérieur et à l’intérieur, et vous permettre de maîtriser vos sentiments et de réguler votre corps. Cette activité sert de “base” au développement personnel et à la recherche de la paix et de l’harmonie. Pour un gymnaste, elle est presque aussi nécessaire que le pliage : l’étirement des muscles n’est pas de la gymnastique en soi, mais il entraîne le corps à de telles activités. Par conséquent, la méditation aide à former l’esprit pour le développement personnel et le bonheur.

personne heureuse

Pour être heureux : Développez une vision optimiste de l’environnement qui vous entoure.

J’ai déjà dit quelque chose à ce sujet ci-dessus. Il y a encore une chose dont j’aimerais parler à ce sujet. L’univers qui nous entoure ne fonctionne pas en soi ; notre compréhension de celui-ci a un impact important sur lui. Notre vision de l’univers tel que nous le percevons est fortement influencée par nous. Une personne qui possède toutes les nécessités de la vie – richesse, véhicule, famille – se plaint pourtant et est malheureuse, alors que quelqu’un qui vit modestement se porte bien et ne voit que le positif dans sa vie.

La perception varie d’un individu à l’autre, car deux personnes qui évoluent dans le même environnement peuvent percevoir le monde de différentes manières. L’un voit l’existence comme une totalité d’opportunités, comme la plus haute valeur, et tout a une signification pour lui, tandis que l’autre ne la voit que comme un piège et une prison pleine de douleur et de chagrin.

Les gens ne reconnaissent pas non plus que la planète a été “mauvaise”, non pas à cause d'”idiots” ou d’un “régime hypocrite”, mais parce qu’ils y voient simplement le mal. Et leur illusion est qu’ils ont élevé un ordre subjectif au rang de logique, de normatif. Ils peuvent croire que le problème ne vient pas d’eux mais des autres autour d’eux, mais ils sont continuellement assaillis par des fantasmes d’une existence meilleure quelque part au loin ou d’une vie au même endroit mais dans des circonstances différentes.

Ils croient que “la vie sera différente quand j’irai là-bas”, mais ils ne sont pas conscients qu’ils verront toujours des choses négatives dans ce nouvel endroit, et qu’ils ne pourront pas échapper à leur vision même s’ils vont sur la lune.

Comme je l’ai dit précédemment, il est important de cultiver en soi une attitude optimiste telle qu’elle devienne une habitude. Pour ce faire, méditez et évitez de vous appesantir sur toute forme de négativité. Elle peut tout simplement moins vous pénétrer pendant que vous méditez.

Pour être heureux : Faites l’effort de comprendre les gens qui vous entourent

Encouragez les membres de votre famille à vous appeler davantage, et tendez la main aux personnes avec lesquelles vous n’avez pas parlé depuis longtemps. Augmentez la taille de votre réseau social. Lorsque quelqu’un est dans le besoin, aidez-le. Prêtez attention à la façon dont les autres vivent, à leurs opinions et motivations et aux raisons pour lesquelles ils sont ainsi, à leurs points de vue sur la vie, et s’ils diffèrent des vôtres, efforcez-vous de les accepter, et reconnaissez que l’individu a le droit d’avoir telle opinion, telles opinions et telles préférences.

Faites l’effort de considérer les autres. Vous élargirez ainsi les horizons de votre perception et éviterez de vous appesantir sur leurs difficultés et leurs échecs ; vous ferez l’expérience d’un certain nombre de choses nouvelles et fascinantes, et vous en tirerez des leçons utiles sur vous-même qui auront un effet positif sur votre réussite. Évitez les étiquettes telles que “crétin”, “travailleur acharné” et “ivrogne”. Apprenez à connaître les gens à fond et évitez de penser en termes d’hypothèses, qui rétrécissent votre expérience et rendent votre pensée plus grossière.

La pensée positive ne concerne pas seulement l’univers, mais aussi les humains ; avant tout, efforcez-vous de trouver le positif chez les gens et pardonnez-leur leurs défauts et leurs lacunes. Et un contact sûr et enrichissant peut vous ouvrir un tout nouvel environnement, ainsi qu’une source inépuisable de bonheur !

Pour être heureux : Soyez prêt à faire abstraction des opinions et des attitudes des autres

Cela ne veut pas dire que vous pouvez ignorer ce que les autres pensent et faire tout ce qui vous passe par la tête. Cela signifie clairement que vous ne pouvez pas vous laisser bombarder par toutes les attitudes et opinions désobligeantes que les autres peuvent avoir à votre égard. Si vous vivez selon votre conscience, en étant sûr de le faire correctement, vous ferez fi de ce que certains peuvent dire. Les gens semblent en vouloir au bonheur, à l’indépendance et à la bravoure des autres, car ces choses leur rappellent ce qu’ils ont perdu à cause de leur passivité, de leur paresse et de leur lâcheté. Ne le prenez pas personnellement, et ne permettez pas à vos détracteurs de reporter sur vous leur négativité.

personne heureuse

Le bonheur se trouve de l’autre côté de l’accomplissement de vos caprices quotidiens

Ne vous préoccupez pas sans fin de la réalisation de leurs souhaits et ne vous inquiétez pas que cela ne fonctionne pas toujours. Ne vous lamentez pas sans fin et ne vous comportez pas comme un enfant lorsque vous n’avez pas obtenu ce que vous attendiez.

Que vous n’avez pas conduit aujourd’hui parce que votre véhicule est tombé en panne, parce que vous avez dû voir un parent un vendredi soir au lieu d’attendre dans un bar enfumé comme vous en aviez l’habitude, parce que votre téléviseur est tombé en panne et que vous allez manquer votre première émission de télévision, et ainsi de suite.

Si vous vous accrochez à vos schémas ou à vos souhaits, vous en deviendrez dépendant ! Rappelez-vous que le bonheur se trouve de l’autre côté de l’accomplissement de vos caprices quotidiens ; elle se trouve en restant aussi indépendant d’eux que possible !

Dressez vos émotions, ne leur donnez pas le contrôle sur vous, utilisez-les comme des marionnettes. Une pulsion momentanée ne dure qu’un temps ; vous ne devez rien laisser tomber et vous précipiter pour la satisfaire ; elle n’a aucune valeur au regard de toute votre existence, de tout votre bonheur.

De telles impulsions détournent votre attention de votre objectif primordial et objectif d’atteindre le bonheur. Par exemple, vous n’êtes pas allé à la salle de sport (ou méditer) aujourd’hui, mais vous êtes resté à la maison et avez bu de la bière parce que vous en aviez vraiment envie. La bière ne peut vous procurer qu’une satisfaction éphémère, pour laquelle vous devrez toujours compenser.

En revanche, même si un jogging rapide (ou une méditation) ne vous transformera pas en athlète, il stimulera votre forme physique à chaque nouvelle séance. Et la forme physique est quelque chose de plus essentiel que la seule satisfaction de ses besoins immédiats. D’ailleurs, votre bonheur dépend souvent de votre forme physique, je ne vous recommande donc pas de l’ignorer.

Le désir de mettre de côté ses ambitions immédiates au profit d’objectifs à long terme est un signe de maturité, ou “d’âge adulte”. Les enfants et les adultes qui n’ont pas progressé sont incapables de le faire. Si vous voulez poursuivre des ambitions et un bonheur à long terme, vous devez maîtriser ce talent.

Etre heureux est plus complexe qu’être triste.

  • Se concentrer sur le positif est plus complexe que de se concentrer uniquement sur le négatif.
  • Il est plus difficile d’être poli et de rire que d’être irrité par certains.
  • Il est plus difficile de voir le positif des individus que de ne voir que le négatif.
  • Se rapprocher de son objectif nécessite un engagement beaucoup plus important que de se contenter de satisfaire ses caprices habituels.
  • Assumer la responsabilité de son propre comportement est plus compliqué que d’accuser les autres.

En bref, le bonheur n’est pas simple, ce qui explique pourquoi nous avons tant de gens malheureux, malgré le fait qu’il semble y avoir peu d’explications à leur malheur. Le bonheur doit être atteint ; vous devez démontrer que vous le méritez ; sinon, il resterait un rêve inaccessible, un “royaume des cieux” et un nom terne…

Pourquoi la recherche du bonheur est-elle trop souvent futile ?

Pour certains individus, la recherche du bonheur est comparable à une souris perdue dans un vaste labyrinthe sombre, avec une seule issue apparente et de nombreux couloirs trompeurs menant dans les profondeurs du labyrinthe. Il farfouille dans l’obscurité, découvre l’un des faux passages et court vers lui, croyant qu’il s’agit, enfin, d’un passage vers l’extérieur. Elle court dans le couloir sombre pendant des jours, des semaines et des années avant de réaliser qu’il mène à son point de départ.

Elle a à peine le temps de reprendre son souffle après un voyage long et frustrant qu’elle s’élance dans un autre passage du bâtiment. Encore une fois, il y a un espoir que ce soit l’échappatoire, après de nombreux jours, semaines ou années de course non-stop, avec le même résultat… La souris retourne dans le labyrinthe, lassée et vieille, contente de répéter ce mouvement insensé avant la fin de son existence…

Nous avons tous passé notre vie à chercher le bonheur, en espérant le trouver dans diverses choses, et quand nous ne l’avons pas trouvé, nous abandonnons certaines choses et nous passons à d’autres dans notre quête sans fin. Certains le cherchent dans la possession de choses, dans la richesse, dans le changement de lieu, dans le changement de partenaire amoureux, dans les sensations fortes, dans le contrôle, dans les emplois, dans la religion ou l’engouement pour des concepts séculaires, et dans le bonheur de tous leurs désirs physiques.

Pourtant, le plus souvent, c’est futile puisque le plaisir n’existe pas. La simple possession de ces objets ne vous procurerait qu’une gratification passagère, qui sera remplacée par de nouveaux besoins qui nécessiteront leur bonheur. En revanche, si vous êtes devenu dépendant de ces choses, leur absence vous rendrait malheureux ! N’est-ce pas injuste ?

Qu’est-ce que le bonheur ?

Le bonheur ne se trouve pas en présence de quelque chose ; il réside à tous les degrés en dehors des possessions que vous détenez. Par conséquent, aussi banal qu’il puisse paraître, il est difficile à trouver et ne peut être acheté. En même temps, il est difficile à perdre et il ne va nulle part jusqu’à ce que tout dans votre vie disparaisse. Le bonheur n’est pas un état passager, mais plutôt le produit de ces compétences qui doivent être entretenues et construites en soi.

Si nous parlons du bonheur comme d’un état, nous pouvons la qualifier de “méta-état”, c’est-à-dire ce qui s’élève au-dessus de tous les malheurs mesquins et quotidiens et qui sert de dénominateur populaire, résumant votre vision de l’existence et ce que la vie vous offre en échange. Le bonheur n’est pas une expérience agréable ! Ce n’est pas une mode passagère ou une euphorie, mais plutôt un plaisir calculé et paisible, la paix et l’ordre, la confiance et le contentement.

Le bonheur ne s’obtient pas facilement en additionnant tous vos accomplissements et vos joies et en soustrayant tous vos défauts et vos souffrances. Il est en quelque sorte le reflet de votre attitude à l’égard des choses, votre état d’esprit qui se manifeste indépendamment des petits événements de votre existence. En général, le succès vient de l’intérieur, et il s’obtient en réfléchissant sur soi-même et en développant une bonne perspective sur la vie ; vous ne pouvez pas l’obtenir en achetant des objets somptueux ou en changeant de lieu ; vous devez d’abord le réaliser en vous-même ! Tout le reste, les choses extérieures, suivront.

Comment deviendrez-vous plus heureux simplement en déménageant votre résidence parce que, avec les bagages, vous enlevez une pression débilitante de vos problèmes moraux qui ne peuvent être résolus simplement par un changement de lieu ? Beaucoup de richesses et de véhicules de luxe peuvent-ils vous offrir du plaisir dans la vie si vous avez en vous un vide béant d’inquiétudes, de questions et d’insatisfaction ? Ces remèdes ne peuvent que vous apporter un soulagement immédiat.

L’Homme fuit souvent inconsciemment la recherche du bonheur

Si vous ne pouvez pas être satisfait de tout ce que vous avez aujourd’hui, dans l’environnement où vous vivez, si vous ne voyez que des choses négatives n’importe où et que vous en rendez compte aux conditions qui vous entourent, vous ne serez jamais plus heureux de tout tant que vous ne commencerez pas à vous concentrer sur vous-même et à vous réparer, avant tout, vous-même. Bien sûr, il peut vous sembler en ce moment que l’absence de tels objets, comme des véhicules, des yachts, des bijoux et des articles de luxe, vous rend triste, mais cela vaut la peine de les avoir parce que vous seriez plus heureux.

Non, c’est une erreur. Ce sont tous les “faux” passages de notre labyrinthe fictif qui ne mènent nulle part et ne font que vous donner un espoir fantôme. Cependant, la souris continue de s’engouffrer dans certains passages parce qu’elle ne réalise pas ou ne trouve vraiment pas d’autre issue ; le subconscient tente de “sentir” sa sortie du dilemme (ou de ce qu’il faut pour que ce soit un problème) et se déplace sur une collection de certains choix qui lui sont communs. Notre animal de laboratoire a peut-être appris ailleurs que d’autres représentants de son genre ont été soumis à ces mouvements, et il se comporte comme certains parce qu’il ne connaît pas d’autre voie.

De même, l’homme est propulsé de l’extrême à l’extrême par quelque compulsion intérieure. L’insatisfaction, la douleur et la perte d’ambitions et d’attentes le poussent à chercher désespérément une issue et à revenir à ses vieilles habitudes : richesse, sexe, nourriture, narcotiques, statut, célébrité, foi, idées sociales, influence, fréquentations et sous-cultures. Sprint de l’un à l’autre, pour revenir au point de départ – à la douleur et à la déception – après un bref répit. L’obtention du bonheur, de l’amour, de la plénitude et la libération de la misère sont des motivations humaines puissantes.

C’est pourquoi les charlatans religieux trouvent leurs adeptes les plus dévoués chez les personnes insatisfaites, désespérées et perdues. Ces personnes deviennent les employés d’entreprise les plus zélés et les plus fanatiques ou noient leur malheur dans des dépenses incessantes d’argent, la recherche de sensations fortes et les stupéfiants.

Ils méritent d’être heureux, ou à tout le moins de ne pas être tristes, mais ils ne savent pas où chercher. Ils sont impatients de recevoir des réponses toutes faites : croire, jouer et manger. En acceptant ces réponses, les citoyens se dissolvent dans leurs illusions, certains dans la régénération de leur âme, d’autres dans l’avancement professionnel et d’autres encore dans les dépenses éternelles.

Ce ne sont que des fantômes ; on ne peut pas se voir en eux, même si on le croit ; c’est semblable à l’oubli, résultat enivrant d’une substance qui noie la souffrance qui existe toujours, mais le corps n’en est pas conscient.

Le bonheur, c’est l’absence d’appétit futile

Je ne vais pas jusqu’à suggérer que le bonheur n’a rien à voir avec votre richesse, vos relations ou l’endroit où vous vivez. Le bonheur n’est pas l’absence de désirs, mais l’absence de confiance absolue dans l’idée qu’ils sont satisfaits. L’argent, un véhicule et une carrière décente peuvent tous être désirés par un individu plus heureux. Mais ces impulsions ne le transforment pas en marionnette, et ne rendent pas son bien-être intérieur entièrement dépendant de lui-même ! Même s’il ne possède pas ces choses, il est heureux.

Oui, il a une mission pour accomplir ces biens, et il travaille systématiquement à sa réalisation, ce qui le rendrait plus heureux de son existence, de ses qualités extérieures. Bien que s’il ne l’achève pas, il ne serait pas découragé car il ne se limite pas à ces choses ; son objectif principal est nouveau et se situe de l’autre côté de ces avantages matériels.

Je suis convaincu que les individus plus heureux trouvent beaucoup plus simple de poursuivre ces choses, même s’ils les désirent moins que ceux qui les recherchent vraiment mais n’ont pas trouvé la paix intérieure. Comme les personnes plus heureuses sont plus énergiques, elles sont désireuses d’atteindre leurs objectifs et ne se créent pas de difficultés pour y parvenir, et elles sont plus libres, plus résistantes et plus justes. Elles ne sont pas éblouies ou aveuglées par des pulsions obsessionnelles.

Alors, comment peut-on atteindre ce méta-état de béatitude ? Comment faire pour devenir une personne plus heureuse ? Je vais essayer de répondre à cette question en quelques phrases.

Diplômée en Psychologie, j'exerce ce métier depuis 16 ans. Je possède mon propre cabinet depuis 8 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here