Si vous craignez de souffrir d’une forme de schizophrénie, tenez compte de quelques-uns de ces symptômes : hallucinations, délires, troubles de l’humeur et toxicomanie. Si vous présentez l’un de ces symptômes, ou une combinaison de ceux-ci, vous devriez consulter un professionnel de la santé pour une évaluation approfondie. Vous trouverez ci-dessous la liste des symptômes, des causes et des traitements possibles. Si vous présentez l’un de ces symptômes, vous devez vous faire soigner dès que possible.

Hallucinations

Les hallucinations sont un symptôme courant des troubles psychotiques. Ces perceptions se produisent sans stimulus externe, tel qu’un son ou une lumière. Elles font partie intégrante de nombreuses maladies mentales graves, comme la maladie de Parkinson, l’épilepsie et la schizophrénie. En plus d’être courantes dans la population générale, environ la moitié des gens éprouvent des hallucinations chaque jour. Les hallucinations peuvent affecter n’importe quel sens, et sont le plus souvent rapportées dans les modalités auditives et visuelles.

Au cours des dernières décennies, des études ont montré que le processus d’apprentissage pouvait déclencher des hallucinations. Une étude a utilisé le conditionnement visuel-auditif pour montrer que les patients qui entendent la voix sont plus enclins au conditionnement que les patients qui n’ont pas d’hallucinations. Ces patients ont également montré une plus grande probabilité de reconnaître une version dégradée d’une scène. De tels résultats ont conduit à l’élaboration de nouvelles théories sur la nature des symptômes psychotiques et sur le rôle de l’apprentissage dans l’apparition des hallucinations.

Les causes des hallucinations sont nombreuses. Certains troubles de l’humeur, dont la dépression post-partum, peuvent déclencher une psychose. D’autres médicaments peuvent également induire des hallucinations comme effet secondaire. Les drogues récréatives peuvent également provoquer des hallucinations. Les événements traumatiques et les tumeurs cérébrales peuvent également provoquer des hallucinations. La présence d’une fièvre inhibe également le fonctionnement normal du cerveau.

Délires

Contrairement aux deux autres types de psychose, la psychose blanche et la psychose froide impliquent un ensemble diversifié de délires. Il peut s’agir d’une mauvaise identification d’objets, de personnes ou de leur environnement. La lycanthropie clinique et le syndrome de Cotard sont des exemples de tels délires. Il s’agit de délires paranoïaques qui peuvent s’expliquer par un raisonnement bizarre. Les délires peuvent impliquer un sentiment de détachement de la réalité, ou la conviction que quelqu’un d’autre observe.

LIRE  Comment la gratitude peut atténuer l'anxiété ?

Les hallucinations sont un autre symptôme courant de la psychose. Ces expériences sont similaires aux visions, mais elles sont créées par l’esprit et n’ont pas de stimulus externe. Elles sont vives, semblent réelles et échappent au contrôle volontaire de la personne. Dans certains cas, la personne qui les vit peut même ne pas se rendre compte qu’elle vit une expérience anormale ou irréelle. Si vous soupçonnez un proche de présenter ces symptômes, consultez le plus rapidement possible un professionnel de la santé.

Outre les délires, les personnes atteintes de psychose blanche et froide peuvent également présenter des comportements inhabituels. Elles peuvent sembler se parler à elles-mêmes, agir de façon erratique et paraître confuses. Dans de tels cas, il est essentiel que la personne atteinte de psychose demande une aide professionnelle. Comme alternative aux délires, vous pouvez demander un diagnostic psychiatrique. Dans certains cas, la psychose peut être le signe d’une maladie physique, comme un problème cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Troubles de l’humeur

Si les infections aiguës des voies respiratoires supérieures (URI) peuvent provoquer des maladies bénignes, elles sont incroyablement déstabilisantes pour les personnes souffrant de troubles de l’humeur. En effet, les médicaments contre les infections respiratoires aiguës peuvent interagir avec les médicaments psychiatriques, entraînant des effets secondaires dangereux et une aggravation des symptômes de l’humeur. Cet article décrit la relation entre les IUr et les troubles de l’humeur, ainsi que les défis diagnostiques associés à l’évaluation des patients souffrant d’IUr.

Les troubles de l’humeur comprennent la dépression majeure, le trouble bipolaire et le trouble dysthymique. Ces troubles ne sont pas toujours évidents pour les autres et ne sont pas causés par un problème médical spécifique. Les traitements des troubles de l’humeur peuvent inclure une thérapie, des antidépresseurs, des soins de soutien et des soins personnels. Certains types de troubles de l’humeur sont héréditaires. Les enfants qui souffrent de ce type de dépression connaissent souvent des périodes de tristesse extrême et de morosité qui durent des semaines ou des mois. Les troubles de l’humeur peuvent être débilitants et affecter la qualité de vie et la capacité à fonctionner.

LIRE  Comment guérir ou traiter la dépersonnalisation ?

Le traitement de la psychose est axé sur le rétablissement d’un sentiment de normalité et de fonctionnement. Les traitements peuvent comporter des interventions axées sur la famille, telles que la psychoéducation et l’apprentissage des techniques de communication. Les parents peuvent également participer à des séances de soins de soutien avec des thérapeutes pour aider leur adolescent atteint de psychose. Bien que la psychose ne soit pas guérissable, il est important de comprendre les options de traitement disponibles pour votre enfant. Si vous avez des inquiétudes concernant votre enfant, contactez le médecin ou le psychiatre de votre adolescent.

Abus de substances

Il est important de comprendre le lien entre la toxicomanie et la psychose pour ceux qui veulent prévenir l’apparition de ces troubles. Si l’abus de substances peut entraîner divers problèmes, il est important de savoir que les deux types de psychose peuvent être causés par la même chose, à savoir un abus persistant de substances. En outre, un abus de substances persistant augmente le risque de psychose récurrente. Il est impératif que les thérapeutes travaillent avec leurs clients pour briser le cycle de la toxicomanie et les aider à mener une vie productive et épanouissante.

La psyché essaie constamment de trouver un soulagement dans un trou profond de douleur causé par l’abus de substances. L’esprit tente de combler le trou avec les ressources disponibles et utilise tous les moyens nécessaires pour atteindre l’équilibre. Cependant, lorsque les ressources sont rares, les mécanismes de répression font des heures supplémentaires pour maintenir l’équilibre du système. L’abus de substances provoque à la fois la psychose froide et la psychose blanche. Alors que certaines substances induisent des hallucinations, d’autres les calment.

LIRE  Globophobie - La peur des ballons

Si l’abus de substances est nuisible même chez les personnes qui n’ont pas de dépendance, il est particulièrement dangereux si une personne souffre déjà d’un trouble psychotique. Bien qu’il n’existe pas de lien clair entre l’abus de substances et la psychose, certains symptômes communs permettent de savoir si une personne souffre de l’un ou l’autre type de trouble. Une personne souffrant d’alcoolisme ou de toxicomanie peut présenter un delirium tremens ou une psychose blanche à la suite d’un abus de substances.

Troubles de l’alimentation

Les troubles de l’alimentation sont des troubles mentaux reconnus dans les manuels médicaux standards. Un type de trouble de l’alimentation, la boulimie, se caractérise par des épisodes récurrents de frénésie alimentaire, qui sont ensuite suivis de comportements compensatoires, comme le jeûne ou les vomissements auto-induits. Pendant un épisode, le poids corporel du patient est maintenu à un niveau minimum, et la fréquence et la gravité des épisodes déterminent le degré du trouble.

Les troubles historiques comprennent l’hystérie, l’hypocondrie et la neurasthénie. Ces troubles ressemblent aux troubles de l’alimentation, car leurs concepts ont évolué au fil du temps. En fait, certains troubles historiques se sont superposés aux troubles alimentaires modernes. Il peut être important de distinguer les deux car ils reflètent l’apparition précoce de ces troubles dans la littérature. Ainsi, le traitement de ces deux troubles est essentiel. Cet article est basé sur une revue de la littérature sur ces sujets.

Le trouble de rumination est caractérisé par la régurgitation d’aliments précédemment avalés. Ce trouble survient généralement dans les 30 minutes qui suivent le repas. Les personnes atteintes de ce trouble présentent un risque plus élevé d’infection, d’empoisonnement et de carences nutritionnelles que les autres. Elles peuvent également subir une perte de poids extrême. Heureusement, un traitement peut inverser cette maladie. Si le trouble est détecté suffisamment tôt, il est possible de le guérir. Dans le cas contraire, elle peut nécessiter un traitement contre la malnutrition sévère.