L’une des exigences les plus pressantes de la culture contemporaine est d’atténuer l’inquiétude. Si tu te fies aux faits secs et que tu regardes de près, tu constateras que la vie des gens est devenue beaucoup plus sûre et agréable que dans le passé.

Après tout, si tu connais ne serait-ce qu’un peu l’histoire, tu conviendras que les humains avaient bien des raisons d’avoir peur et de s’angoisser il y a seulement quelques dizaines d’années, mais le cerveau humain est programmé pour avoir peur, et d’ailleurs, le cerveau des humains modernes est construit exactement comme le cerveau des humains qui vivaient il y a des dizaines ou des centaines de milliers d’années, quand il y avait bien des raisons d’avoir peur.

Notre cerveau croit que la peur est bénéfique puisque la prudence (en tant que réponse rationnelle à la crainte) protège et prolonge nos vies, et c’est pourquoi il est continuellement à l’affût de raisons pour maintenir un malaise persistant (même un organe distinct appelé l’amygdale est impliqué dans cela).

Le cerveau nous oblige à lire les nouvelles, à identifier de nombreux motifs d’inquiétude et à évoquer des images horribles de la façon dont les ramifications des nouvelles mettraient en danger notre vie et notre bien-être ou ceux de nos proches.

C’est comme si quelque chose d’invisible forçait notre attention à balayer fiévreusement notre environnement à la recherche de sources d’inquiétude, à « creuser » dans notre histoire pour trouver des sources potentielles de difficultés futures, puis à grossir gigantesquement ces sources potentielles de problèmes dans notre imagination.

Alors comment la gratitude peut atténuer l’anxiété ? Réponses !

L’anxiété est une habitude négative que le cerveau a développée

En général, le cerveau travaille sans cesse avec des mains invisibles, nous choisissant des raisons de nous inquiéter, et bien que certaines de ces habitudes aient abouti à des troubles de l’anxiété, d’autres ont atteint un état similaire, la majorité d’entre nous s’inquiète simplement pour rien et trouve même cela juste.

Et ce serait bien si les états de peur et d’anxiété n’étaient pas si préjudiciables à notre corps et à l’épanouissement de notre vie, car lorsque nous sommes anxieux, des processus malsains se produisent dans notre corps en raison du fonctionnement des hormones du stress, et parce que toute anxiété est un facteur de stress mineur pour le corps, alors que la terreur et la panique sont des facteurs de stress majeurs.

LIRE  La psychologie de l'enfant tout-puissant

L’inquiétude, l’appréhension, le souci, l’anxiété, la panique et la peur sont tous des degrés variables du même sentiment fondamental connu sous le nom de STRESS.

Et bien que la peur de faible intensité soit plus susceptible de nous être bénéfique (en se souciant de nous-mêmes, de notre santé, de nos proches, des autres personnes et du monde en général), la peur de forte intensité est plus susceptible d’être préjudiciable. prudence, préoccupation rationnelle, et ainsi de suite), alors la peur à haute intensité est incontestablement nuisible pour le corps et l’esprit en général.

La gratitude est l’antidote de la peur

C’est pourquoi un nombre croissant d’individus conscients engagés dans la croissance personnelle, le bonheur et la réalisation de soi dans le monde sont poussés à apprendre à gérer leurs angoisses, à les réguler et à minimiser l’intensité de leur anxiété personnelle pour des raisons apparemment insignifiantes.

Et maintenant, la remarque la plus critique de ce texte : le plus grand antidote à la peur est la gratitude, mais malheureusement, la majorité des gens l’ignorent. Ce qu’ils ignorent, c’est cette formule mentale facile et le fait que la technique la plus efficace pour atténuer les inquiétudes passe par une attitude de gratitude. Et je peux voir combien de personnes lisant ceci en ce moment rient de façon incrédule, car l’anxiété ne peut pas être soignée de cette façon ! Cependant, c’est un cas où « simple » n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît.

Connais-tu le concept de la gratitude ? Pas un concept hypothétique, mais un concept personnel ? Quelque chose d’unique pour toi et que tu perçois comme une expérience personnelle et agréable ?

Malheureusement, beaucoup d’entre nous sous-estiment l’importance de la gratitude, et elle est souvent sous-estimée.

Nous vivons dans un monde dans lequel il est avantageux de ressentir de la peur, mais pas avantageux d’éprouver de la gratitude. On nous a enseigné la mauvaise chaîne de causalité. On nous a appris que nous devions d’abord faire quelque chose de bien et ensuite exprimer de la gratitude.

Beaucoup d’entre nous supposent que nous devrions exprimer notre gratitude envers les autres jusqu’à ce qu’ils aient fait quelque chose pour nous qui satisfasse nos propres besoins.

Nous sommes nombreux à considérer notre confort comme acquis.

Pendant que tu lis cet article (et beaucoup d’autres sur ce site et d’autres), tu ne te sens probablement pas particulièrement reconnaissant pour l’énorme quantité de bien qu’Internet a apporté et continue d’apporter dans ta vie, et il est fort probable que tu te concentres fréquemment sur les aspects négatifs, n’est-ce pas ?

LIRE  Anhédonie : les symptômes, les causes et le traitement

Un exercice pour cultiver une attitude de gratitude

Pense à une personne pour laquelle tu te sens reconnaissant. Il peut s’agir d’un de tes parents, d’un passant au hasard ou même d’un de tes personnages de dessins animés préférés. Pense à lui et visualise-le. Ressens l’état de reconnaissance et l’emplacement de son origine dans le corps. Notre cerveau est construit de telle manière qu’il est capable d’encoder des informations sur l’état. Associer l’état à la couleur, au son, à la cohérence et au mouvement, par exemple.

Par conséquent, considère la teinte de ton sentiment unique de gratitude.

Es-tu capable d’augmenter l’intensité de la couleur ? Augmenter sa luminosité et son intensité ? Envisage la possibilité que cet état ait une température. Un degré de consistance ? Y a-t-il une possibilité de son ? De mouvement ?

  • Rassemble tous ces aspects de ton sentiment unique de gratitude et fais-en une nouvelle expérience. Plus complètement, avec une portée plus large.
  • Répète toutes les caractéristiques et, après avoir fait l’expérience de cet état, consolide-les en un seul point intérieur. Quel est son emplacement ? Concentre-toi sur cet endroit, comme pour libérer le flux d’appréciation vers n’importe quelle image (par exemple, l’image d’une personne ou d’un scénario), puis reconstruis-la. Cette opération doit être répétée plusieurs fois.
  • Ensuite, une nouvelle sensation apparaîtra en toi, que tu ne connaissais pas auparavant, ainsi qu’un nouveau point d’entrée dans l’état.
  • Tu peux maintenant choisir la photo de n’importe quelle personne, que cette personne soit physiquement à proximité ou que tu puisses simplement visualiser son apparence à ce moment-là.

Si la personne est à proximité et que tu peux l’observer (ou la voir) en temps réel ici et maintenant, concentre-toi mentalement un instant sur l’état de gratitude que tu as accumulé en toi, amplifie-le mentalement dans tous les paramètres (couleur, son, sensation), et libère mentalement comme si tu relâchais cet état de gratitude vers la personne sous la forme d’une vague ou d’un flux. Et maintenant, distribue ta gratitude dans tout ton corps, en l’amplifiant encore plus.

Tu peux répéter cela de nombreuses fois pour une pratique agréable et bénéfique de cet entraînement bénéfique.

Lorsque tu as la capacité de ressentir de la reconnaissance pour une autre personne, cela peut avoir une profonde influence sur ta connexion et la façon dont l’autre personne te perçoit. Et, comme nous le rappelons, les sentiments servent de catalyseur à l’action.

LIRE  Exhibitionnisme - Un trouble psychiatrique affectant la société

Le pouvoir de transformation de l’appréciation influence non seulement nos liens interpersonnels, mais aussi nos attitudes face au développement de nombreuses circonstances de la vie.

Un exercice simple et bénéfique pour développer une attitude à l’égard des situations

Considère un scénario ou une circonstance dans laquelle tu te sens souvent anxieux dans l’espace.

Considère cette circonstance comme une photographie prise à distance et sous ta ligne de vue. Il peut s’agir d’une image bidimensionnelle statique ou d’une image multidimensionnelle dynamique.

Accepte une image un peu plus petite que la taille réelle (par exemple, 2 à 3 fois plus petite), et accepte que les couleurs de cette image soient légèrement délavées, voire presque indiscernables.

Autorise-toi à t’imaginer de l’extérieur et observe comment tu tentes de réaliser l’activité précise qui te cause des soucis (ou ses répercussions).

L’as-tu imaginée ?

Tu dois maintenant accomplir trois tâches presque simultanément :

  • Maintenir un point d’observation à partir duquel tu peux te regarder ;
  • Active ce sentiment particulier (connu, pré-assemblé) de gratitude en toi et remplis fortement et joyeusement l’image devant toi avec cet état, en voyant comment l’image elle-même se transforme pour le mieux dans le processus ;
  • Entre dans la scène comme s’il s’agissait d’un film et laisse le scénario évoluer. Ferme les yeux et vois-toi envahir par la gratitude. En toi, ces points d’angoisse commenceront à se dissiper. C’est très basique, et pourtant c’est très précieux et significatif.

Répète cette pratique autant que possible, et elle finira par devenir un état régulier.

Maintenant, si tu dois organiser rapidement quelque chose avec quelqu’un que tu ne connais pas, tu auras un point d’entrée vers un état de gratitude que tu peux simplement activer et ainsi affecter favorablement tes connexions avec d’autres personnes, même si tu les rencontres pour la première fois…

Plus tu le feras, plus ton propre flux de gratitude sera fort. Les individus sont liés et ressentis par un champ de Higgs invisible. Nous ressentons les individus qui nous apprécient, et l’autre personne ressentira également notre appréciation.

En cultivant cette humeur, tu peux réduire considérablement ton anxiété, renforcer les liens avec tes connaissances de longue date et apprendre rapidement à connaître et à nouer des relations avec de nouvelles connaissances.