Avez-vous l’impression d’être un perdant ? Toujours mécontent de vous-même et des autres ? Voici les stratégies les plus efficaces pour ceux qui souhaitent cesser de se sentir comme un outsider lors des fêtes de la vie.

pexels-cottonbro

Les aspects psychologiques de l’échec

Richard O’Connor, psychologue américain et auteur du livre à succès The Psychology of Bad Habits, déclare : « Il existe une sorte de personne qui s’assoit sur le trottoir, regarde passer le carnaval et ne se demande jamais si elle aurait pu y participer. » – Ces personnes intériorisent la croyance que la vie ne vaut pas la peine de risquer la chance. La personnalité en soi n’a que peu de valeur. Le bonheur, ou même simplement le plaisir, ne vaut pas l’effort. »

Les personnes dans cette situation peuvent être à l’aise avec leurs besoins limités, occupent des emplois peu qualifiés, rentrent chez elles après le travail pour regarder la télévision, ne s’éloignent jamais de chez elles et sont souvent enchaînées par leur famille.

Ils sont dans un état de désespoir silencieux, envahis par l’anxiété, la mélancolie et le sentiment d’une occasion manquée. Ils n’aiment pas l’état actuel des choses, mais ils ne savent pas par où commencer pour le modifier.

Pourquoi les individus se sentent-ils en situation d’échec ?

  • Ils ont peut-être été élevés dans un environnement où les attentes étaient faibles.
  • Ils ont eu des difficultés à l’école et, par conséquent, beaucoup d’individus n’ont pas reçu une éducation appropriée.
  • Ils n’ont pas été informés en temps utile que s’ils travaillaient dur, ils pourraient progresser.
  • Ou peut-être sont-ils simplement victimes d’un échec absolu, d’une période difficile de leur vie, ou des impacts du syndrome de traumatisme chronique.
  • Les personnes qui ont eu toutes les chances peuvent passer leur vie à dépérir, et beaucoup le font en imitant leurs parents.
  • Les personnes qui se laissent dépasser par le carnaval de la vie et se détruisent involontairement sont davantage des cas.
  • Les personnes souffrant de dépression modérée qui manquent de joie de vivre et ont des aspirations réduites.
  • Les personnes qui ont été assommées par la crise économique, restent sans emploi pendant une période prolongée et finissent par perdre l’espoir d’un avenir meilleur.
  • Les personnes qui sont contraintes de se comporter contre leurs propres intérêts dans le cadre d’une cause politique ou religieuse.
  • Les personnes souffrant d’impuissance acquise qui ont déterminé qu’elles ne seront jamais en charge de leur propre vie.
  • D’autres qui trouvent le concept d’accepter la responsabilité de soi-même intimidant.
LIRE  Comment se préparer au changement et le gérer avec succès ?

À vrai dire, les émotions telles que le contentement, le plaisir et la satisfaction de vivre sont peu courantes dans notre cerveau au repos (mais l’anxiété légère l’est). Pour atteindre cet état, nous devons faire un effort conscient.

Qu’attendons-nous et à quoi nous résignons-nous ?

En raison de la situation économique morose, du fossé qui se creuse entre les riches et les pauvres, et de l’inégalité sociale croissante, un nombre croissant d’individus abandonnent tout simplement.

Les prédictions qui sont exactes (prophéties auto-réalisatrices)

Les personnes, les événements et les chances se conforment souvent à nos attentes. Et l’optimisme ou le pessimisme conduit souvent à des prophéties auto-réalisatrices, un phénomène dans lequel nous avançons ou chutons en fonction de nos propres attentes ou de celles des autres.

Nous prêtons attention à ce que nous anticipons, donc si nous anticipons la réussite et la reconnaissance, nous sommes susceptibles de mieux réussir et d’être plus heureux. Les optimistes sont plus aptes à faire face aux aléas du destin, sont plus enclins à persévérer et comprennent donc comment atteindre les résultats qu’ils souhaitent. Ils veulent résoudre les problèmes plutôt que de les éviter. Les optimistes sont supérieurs dans la planification de l’avenir.

L’impuissance développée

L’expression « impuissance apprise » est née d’une série de tests menés par Martin Seligman. Certains canidés ont pu échapper à l’électrocution, mais d’autres non. Les deux groupes d’animaux ont ensuite été placés dans des cages desquelles ils pouvaient facilement s’échapper. Bien qu’ils aient repéré une issue de secours, la majorité du groupe de chiens qui n’ont pu éviter d’être électrocutés s’est couchée sur le sol de la cage et a reçu le choc électrique.

LIRE  Tout va mal : comment faire face à la dépression ?

Ils développent la croyance qu’il est impossible d’échapper à l’électrocution. Ce paradigme s’applique aussi bien aux personnes.

Nous voyons des épouses accepter les coups de leurs maris et le pessimisme de ceux qui ont cessé de suivre un régime, d’aller au gymnase et de prendre soin de leur santé en général. On ne leur a jamais demandé de faire preuve de détermination pour modifier leur situation. Les gens abandonnent presque souvent trop tôt, sans même un soupçon d’optimisme.

Comment rectifier les erreurs ?

Nous sommes tous capables d’éprouver un élan d’énergie ou d’inspiration, ainsi que le sentiment de pouvoir faire la différence. La difficulté est donc de canaliser ces émotions de la bonne manière – vers un changement de comportement qui pourrait procurer du plaisir et des possibilités futures. Toute activité peut initier une sortie de la passivité. Et voici pourquoi.

  • Les actions facilitent la pensée. Même celles qui n’aboutissent à aucun résultat apportent de nouvelles connaissances et un nouveau point de vue.
  • Lorsqu’on est confronté à la peur en face à face, l’action améliore notre perception de soi. Agir « comme si » (nous n’avons pas peur, nous savons ce que nous faisons) facilite l’acquisition de nouvelles capacités. Nous devons nous rappeler que toute nouvelle capacité semble d’abord maladroite et difficile.
  • La chance suit l’action. Toute activité améliore la probabilité qu’un événement positif se produise.
  • L’action nous aide à mobiliser nos sens. Elle fait appel à nos instincts, à notre individualité et à nos désirs secrets.
  • Notre résistance se manifeste dans nos actions. La menace empêche l’action, mais si nous n’agissons pas, nous risquons de ne jamais découvrir la nature du danger.
  • Presque toute activité est préférable à l’inaction. Il en va de même pour toute émotion. Les personnes qui considèrent que leur vie leur file entre les doigts devraient l’imprégner de sentiments plus positifs, comme le bonheur, le plaisir, la fierté et le zèle.

La volonté a la capacité de transformer la vie d’une personne. C’est un talent qui peut être renforcé comme un muscle. Plus vous la pratiquerez, plus elle deviendra simple, et votre vie deviendra beaucoup plus agréable.

LIRE  Exercices de pensée positive : conseils d'un psychologue

L’exercice Trois choses agréables

Il a été scientifiquement prouvé que cette activité favorise le bonheur et réduit les symptômes de la dépression pendant six mois, à condition que les individus continuent à s’exercer.

  1. Avant d’aller au lit, faites le vide dans vos pensées. Si vous êtes assailli de préoccupations intrusives, il est bénéfique de prendre mentalement chacune d’entre elles et de la placer dans une petite pile sur le sol à côté de votre lit. De nombreuses préoccupations vous attendront patiemment jusqu’à l’aube, tandis que d’autres pourront tout simplement disparaître.
  2. Considérez maintenant trois événements heureux qui se sont produits au cours de la journée, qu’ils soient minuscules, grands, sensuels, intellectuels ou de toute autre nature. Vous avez terminé votre tâche. Vous êtes épuisé et satisfait. Votre fille de quinze ans vous a offert un câlin de façon inattendue. Vous avez fait preuve d’attention envers un être cher. Vous avez mangé un repas fantastique.
  3. Concentrez-vous sur votre attitude. Découvrez les subtilités de vos émotions positives. Êtes-vous satisfait de vous-même ? Excité ? Joyeux ? Soulagé ? Ce souvenir vous fait-il sourire ?
  4. Considérez les muscles de votre visage lorsqu’ils créent un rictus. Ressentez-vous de la chaleur ? Où ? Dans votre cœur, votre estomac et votre corps tout entier ? Ou bien, ressentez-vous une sensation agréable dans votre gorge ? Votre pouls change-t-il ?
  5. Imaginez que les neurones de votre cerveau développent de nouvelles « voies de la félicité ». Rappelez-vous que de nouvelles connexions neuronales se forment lorsque vous pratiquez la psychologie.

Cette pratique vous aidera à considérer votre vie différemment. Elle vous amènera à vous concentrer sur les aspects agréables de la journée, tels que la beauté, le plaisir et la dignité.

Vous verrez que les petites choses qui nous rendent joyeux ne dépendent pas des biens, de la richesse ou du statut social. Dans notre société, les petites choses qui nous rendent heureux semblent banales et sans conséquence. Cependant, c’est ainsi que nous sommes, nous devrions donc nous y habituer.