Les phobies sont souvent diagnostiquées à tort comme un trouble mental, mais il n’en reste pas moins qu’elles entraînent de véritables handicaps physiques et peuvent provoquer une déficience importante dans certains domaines fonctionnels. Par exemple, les personnes souffrant de phobies ont une concentration et une mémoire limitées, et peuvent avoir du mal à s’adapter à de nouvelles situations ou à travailler avec leurs supérieurs ou leurs collègues. L’anxiété qu’elles ressentent peut également entraîner des troubles du sommeil. Dans certains cas, les phobies entraînent une comorbidité avec d’autres troubles.

La phobie entraîne une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.
Si vous souffrez d’une phobie qui vous empêche de profiter de certaines activités, il est peut-être temps de demander l’aide d’un professionnel. Dans la plupart des cas, un thérapeute peut vous aider à gérer votre phobie par le biais d’une thérapie d’exposition, qui consiste à vous exposer de manière répétée à la situation ou à l’objet qui vous fait peur tout en évitant le résultat qui provoque la phobie. La thérapie par l’exposition peut comprendre diverses approches, notamment le fait de penser à l’objet ou à la situation qui provoque la phobie ou d’en regarder des images. Elle peut également consister à se rendre dans un aéroport, à monter dans un avion ou à entrer dans un ascenseur bondé.

Les personnes souffrant de phobies peuvent éprouver des difficultés importantes dans leur vie sociale, professionnelle ou dans d’autres domaines importants. Elles peuvent souffrir d’isolement social, de difficultés scolaires, de solitude et d’une mauvaise qualité de vie. Certaines d’entre elles peuvent également souffrir de dépression, de troubles de l’humeur ou d’autres formes d’anxiété. Certains peuvent même présenter un risque de suicide, car le stress lié au fait de vivre avec une phobie spécifique interfère avec leur capacité à fonctionner et à profiter de la vie.

LIRE  La psychologie du sado-masochisme

La thérapie d’exposition est le moyen le plus efficace de traiter les phobies. Ce type de thérapie utilise les principes de l’apprentissage par extinction et du conditionnement opérant. Le patient est progressivement exposé à une liste de situations ou d’objets redoutés. Il apprend des exercices de respiration et des techniques de relaxation pour contrôler ses réactions à ces stimuli. Le patient apprend des stratégies d’adaptation alternatives, comme la méditation et la respiration profonde. En plus de la thérapie d’exposition, la thérapie cognitivo-comportementale utilise également une méthode hypnotique pour aider les patients à faire face aux situations redoutées.

Plusieurs médicaments sont disponibles pour traiter les phobies. L’un d’eux est un médicament appelé inhibiteur de la recapture de la sérotonine. Ce médicament agit en diminuant la production de sérotonine dans le cerveau, ce qui permet à la personne atteinte de se sentir mieux et de faire face à ses symptômes. Cependant, ce médicament peut avoir des effets secondaires, comme des maux de tête, des étourdissements ou de la somnolence.

Il existe deux grands types de phobies. Les phobies simples sont caractérisées par un déclencheur reconnaissable et sont moins susceptibles d’interférer avec la vie quotidienne d’une personne. Les phobies complexes, en revanche, sont plus difficiles à identifier, comme l’anxiété sociale et l’agoraphobie. Ces phobies peuvent rendre difficile le fonctionnement de la société. Il s’agit d’une affection grave pour les personnes qui ont besoin d’interactions sociales.

Elle entraîne une humiliation dans un large éventail de situations sociales.

La « phobie sociale » est une peur persistante et excessive de l’humiliation ou du contrôle dans diverses situations sociales. Elle ressemble à la timidité normale mais entraîne un handicap social important. Ce trouble peut interférer avec tout type d’interaction sociale, qu’il s’agisse de socialiser en petits groupes, de participer à des fêtes, de parler à des inconnus ou d’assister à des événements. Ce trouble peut même être débilitant.

LIRE  Anhédonie : les symptômes, les causes et le traitement

Contrairement à l’agoraphobie, les phobies sociales se développent souvent dans la petite enfance. En général, elles se manifestent entre l’âge de huit et quinze ans. Elles se développent souvent chez des enfants timides qui sont confrontés à une pression croissante de leurs pairs à l’école. Elles persistent généralement sans traitement jusqu’à l’adolescence, bien que certaines recherches montrent que leur gravité diminue avec l’âge. Cependant, il est souvent difficile de poser un diagnostic de phobie sociale.

Elle interfère avec la capacité d’accomplir les exigences mentales et émotionnelles d’un travail

Une phobie est un type spécifique de peur qui inhibe de manière significative la capacité d’une personne à accomplir ses tâches professionnelles. Les symptômes des phobies peuvent être graves et entraîner l’isolement social, l’échec scolaire et des problèmes relationnels. Les enfants atteints de phobies courent un risque accru de solitude et ont des difficultés à se socialiser, ce qui peut conduire à l’abus de substances. La susceptibilité génétique à certaines phobies est également un facteur contributif.

Les troubles anxieux sont souvent négligés en raison de leur impact sur la capacité d’une personne à accomplir certaines tâches professionnelles. Bien que de nombreuses personnes souffrent d’attaques de panique, peu d’entre elles développent toutes les limitations qui les accompagnent. Elles varient tant en gravité qu’en type, et certaines personnes auront des besoins plus importants que d’autres. La liste suivante de mesures d’adaptation peut s’avérer nécessaire. Les personnes devraient discuter de leur cas particulier avec un professionnel qualifié si elles craignent que leur anxiété n’interfère avec leur emploi.

Elle entraîne une comorbidité

Il est important d’identifier la phobie comme une comorbidité avec d’autres troubles de santé mentale chez les patients. Outre la phobie sociale, la dépression comorbide est la maladie mentale la plus courante, environ 40 % de la population en souffrant. Des recherches ont montré que la phobie sociale augmente le risque de dépression et d’abus d’alcool. La prévalence de la dépression comorbide et de l’abus d’alcool est plus élevée chez les personnes souffrant de phobie que chez celles qui n’en souffrent pas.

LIRE  Pourquoi les hommes préfèrent les femmes plus âgées ?

La prévalence de la phobie sociale varie selon les études, mais les critères de diagnostic sont à peu près similaires. Le niveau d’interférence avec le fonctionnement psychosocial peut aller de l’absence de déficience à une déficience significative. Différents seuils sont utilisés pour identifier une phobie spécifique, et des études ont révélé que la prévalence de la phobie varie d’une culture à l’autre. Bien que l’étiologie de la phobie sociale ne soit pas claire, certains chercheurs pensent que les différences culturelles peuvent jouer un rôle.

Malgré la comorbidité entre la phobie sociale et d’autres problèmes de santé mentale, certaines options de traitement ont fait leurs preuves. Parmi celles-ci figurent la pharmacothérapie et la thérapie cognitivo-comportementale. Ces deux interventions sont efficaces dans la majorité des cas. Cependant, la pharmacothérapie peut ne pas convenir à tous les patients. Alors que de nombreuses personnes peuvent tirer profit de la thérapie cognitivo-comportementale seule, la pharmacothérapie peut être nécessaire pour certains patients.

Si l’évitement sélectif peut soulager temporairement les symptômes de la phobie sociale, il ne permet pas de traiter les peurs sous-jacentes. En outre, la phobie sociale est un handicap social grave qui peut conduire à l’invalidité. En fait, près de la moitié des patients souffrant de phobie sociale ne terminent pas leurs études secondaires. Et 70 % d’entre eux dépendent de l’aide sociale, certains des cas les plus graves entraînant de sérieux problèmes de santé. En ce qui concerne l’invalidité professionnelle, une personne atteinte de phobie ne peut pas répondre aux exigences de la société.